Pagaille 2023 — les deux jours

29.09.23

Depuis 2021, Pagaille mélange dans une joyeuse spontanéité des pratiques indépendantes, des scènes et des préoccupations (expérimentales, militantes, queer, hacking…) dans le désordre, sans chercher à faire œuvre de cohérence mais en imaginant plutôt des rencontres entre les artistes invité·e·s et leurs “milieux”.

Il s’agit pour l’occasion de s’outiller - avec en tête un des concepts centraux du manifeste cyborg de Donna Haraway : l’indépendantisation par l’outil et la technique - autour de projets autoproduits mêlant musique et visuel, auto-édition, cinéma expérimental, logiciels libres, et détournements en tout genre.

Une proposition de Line Gigs & Julia Maura

Derniers souffles (Sonia Saroya et Edouard Suffrin)

+

Ici nous entendons les souffles de trois composants anciens. Tombés en désuétude, ces diodes et transistors composés de germanium ou de silicium ont pourtant marqué l'histoire du développement technologique, scientifique et militaire. Depuis, leur extrême miniaturisation a donné naissance à des machines de plus en plus complexes et puissantes, tout en les rendant accessibles au plus grand nombre. Nos vies, nos cultures, nos façon d’habiter le monde et d’interagir avec lui se sont vues transformées par l’avènement d’objets électroniq ues dont il est de plus en plus difficile de comprendre les rouages. Leur espérance de vie réduite nous amène à les remplacer faute de pouvoir en réparer les organes. Leur production massive nécessite une surconsommation de ressources naturelles et engendre transformation du paysage et perturbations écologiques. Que devient alors notre propre espérance de vie dans ces environnements contaminés, et combien de temps reste-t-il à notre modèle de société?

www.instagram.com/sonia.saroya

Belle au superficiel & Cendrillon était mieux sans sa chaussure (F.EM)

+

F.EM est une jeune artiste activiste qui habite les créatures humaines et immaterielles par le biais du chant, du rituel, de la danse et des acrobaties. Sa pratique l'amène à développer des formes burlesques et à découvrir des plaisirs interdits.

www.instagram.com/f_eeeem/

Instrumentarium

+

Un instrumentarium désigne l’ensemble des instruments utilisés pour la réalisation d’une œuvre (les orgues, les carillon sont des instrumentarium). Tout au long de l’été s’est construite à La Station au fil d’ateliers une œuvre collective sonore : à la fois sculpture et instrument, grand ensemble entièrement fait-main de métal en fer forgé à faire sonner a pièce est activée vendredi soir.

Ce projet a été proposé par Line Gigs aux artistes Sonia Saroya et Simon Denise qui ont eux-même invité Kalev et Corina Schiopu ainsi que de parties prenantes dont Federica Demergasso, Enrico Sacchi, Ella Blair, Thomas Baraban, Baptiste Kaya, Fanny Testa, Thomas Carteron, Valentin Toqué, Lison Rabot, Raphael Robert, Maxime Morel, Florian Feinstein-Renaudin, Agathe Plante, Nepheli Koskinas, Morgane Landrieu,Thelma Capello, Jeanne Fehrenbach, Noa Seyrac, Hugo Zielinski, Lucie Robert, Florine Mougel, Olivia Stora, Sami Khalil, Célia Coette, Bettina Forderer, Jacob, Luisa Coppolino, Sheyang Li, Vladimir Cressevich, Louis Boebaert, Olivia Breysse, Lola Hewison, Charlie Hewison, Angèle, Pauline Defontg, Alma Djelic…

Queer rising (Bye Bye Binary)

+

Accrochage de trois drapeaux par la collective Bye Bye Binary

J’ai appris à craindre la police, (H·Alix Sanyas & Enz@ Le Garrec), 2022
Allons enfant·es de la M·Patrie, (Eugénie Bidaut & Félixe T. Kazi-Tani), 2022
Les folles s’enragent, les virils dégagent (Barthélémy Cardonne & Camille°Circlude), 2022

Bye Bye Binary (BBB) est une collective franco-belge, une expérimentation pédagogique, une communauté, un atelier de création typo·graphique variable, un réseau, une alliance. La collective, formée en novembre 2018 lors d’un workshop conjoint des ateliers de typographie de l’École de Recherche Graphique (erg) et La Cambre (Bruxelles), propose d’explorer de nouvelles formes graphiques et typographiques adaptées à la langue française, notamment la création de glyphes (lettres, ligatures, points médians, éléments de liaison ou de symbiose) prenant pour point de départ, terrain d’expérimentation et sujet de recherche le langage et l’écriture inclusive et non-binaire.

https://linktr.ee/bye.byebinary

Silent slogan (Marianne Mispelaëre)

+

Cartes postales, série de 50. capture d’écran, texte bilingue. 105x148 mm chaque. 2016 - en cours

Répertorier certains gestes dont l’émergence fut spontanée et la mise en action collective et publique. Des gestes simples, banals, qui dans un contexte et un temps particuliers ont trouvé une signification forte. La collecte, effectuée sur internet, se concentre sur des actions survenues entre 2010 et aujourd’hui. Au dos, quelques courtes phrases recontextualisent l’image. Ces images montrent des individus utilisant leurs mains pour adresser un message à la sphère publique. Ces gestes prennent le relais des mots lorsque le dialogue est rompu : les individus ne se sentent pas écoutés, ou compris, par manque de moyens techniques, de capacité linguistique, ou simplement d’interlocuteur.

Marianne Mispelaëre est née à Bourgoin-Jallieu en 1988. Avec pour principal champ d’action le dessin, elle questionne les relations sociales, le langage et les systèmes de communication, le rôle du lisible et de l’invisible dans nos sociétés, la porosité entre l’acte isolé et son environnement. Comment s’inscrire de façon collective dans l’ici et maintenant, entrer en relation avec l’autre, susciter une action, donner l’impulsion ? Le processus de recherche de Marianne Mispelaëre se concentre sur les moyens de l’apparition, ses enjeux et ses conséquences, et par ricochet les disparitions, les effacements, les aveuglements, les silences.

Pédagogies radicales (Charlie Hewison)

+

Présentation d’un montage d’extraits audiovisuels – documentaires, fictions, reportages – permettant d’imaginer des rapports à la pédagogie, aux communautés apprenantes. Des déclarations philosophiques, des tentatives utopistes passées, des utopies rêvés, tout un programme conçu comme un corpus d’idées dans lequel piocher, de Deleuze et l’Université de Vincennes à Beuys et le FIU, en passant par les révoltes artistiques et pédagogiques chez les Zapatistes, Jean Vigo, Tony Conrad ou Nicholas Ray.

Charlie Hewison est un enseignant-chercheur en études cinématographiques à l'Université Paris Nanterre et Université Sorbonne Nouvelle. Ses recherches portent notamment sur les pratiques expérimentales contemporaines du film photochimique, l'écocritique et le nouveau matérialisme. Charlie est également membre du comité de sélection de Light Cone.