Station Nord : Ouverture — jour 2

12 septembre

A partir du 11 septembre, La Station — Gare des Mines s’agrandit et s’étend sur un deuxième espace : Station Nord, entrepôt industriel voisin de la Station telle qu’elle existe depuis juin 2016.

Ce premier événement de deux jours célèbre l’ouverture des extérieurs de Station Nord avec une programmation tissant des liens entre créations plastiques et sonores, musique et performance.

ÉVÉNEMENT FACEBOOK

PRÉVENTES COMPLÈTES
BILLETTERIE OUVERTE SUR PLACE A 19H DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES : 13€

 

INFOS COVID
Veuillez arriver sur le site masqué.e !
Déambulation sur le lieu avec masque. Vous pourrez le retirer pour boire, manger et fumer.
Merci de respecter les consignes en vigueur (distanciation, groupe de 10 max, etc).
Gel hydroalcoolique sur place. Et en cas de doutes ou de symptômes, restez chez vous !

 

19:00
GANG DES MINES
dj
19:00
LES MAUVAISES HERBES N’EXISTENT PAS ! NATHALIE MONDOT
rencontre et discussion
20:00
TRYPHÈME
dj
21:30
MÉRYLL AMPE
performance sonore
22:00
AÏDA BRUYÈRE & PATRICIA BADIN
performance & vidéo
22:30
NSDOS
projection
23:00
ÉLOÏSE LE GALLO & JULIA BORDERIE
projection
23:30
PERFORMANCE DE GISÈLE VIENNE AVEC LUCAS BASSEREAU, SOPHIE DEMEYER ET THEO LIVESEY
performance
00:00
ACID ARAB
dj

 


Acid Arab

 dj 

Avec son irrésistible mélange de musique électronique puissante et de sonorités arabes et moyen-orientales, Acid Arab a enflammé les scènes et conquis les publics français et internationaux suite à la parution de son premier album Musique de France (2016). Dans Jdid (nouveau, neuf en arabe), sorti en 2019, le groupe amplifie le dialogue entre les rives Nord, Sud & Est de la Méditerranée (la rive Nord s’étendant, dans le cas présent, aux berges de la Tamise, de la Spree et de l’Hudson…). Acid Arab y emmène son vocabulaire dancefloor en voyage, avec la participation d’invités triés sur le volet.
www.facebook.com/acidarab
www.instagram.com/acid_arab

 


NSDOS

 concert 

Après des études de danse, NSDOS a cherché à créer des sons sur lesquels poser ses mouvements. Il lui a alors fallu imaginer un nouvel ordre sonore. Des instruments futuristes et organiques bidouillés à partir de vieilles cartes sons, d’émulateurs de Gameboy, de petits bouts de métaux disséqués forment une musique hybride et terriblement organique.
soundcloud.com/nsdoslazerconnect

 


Aïda Bruyère & Patricia Badin

 “Musoya” – performance & vidéo 

Musoya (féminité en dialecte malien) est une performance de Aida Bruyère imaginée avec Patricia Badin, danseuse de bootyshake. Patricia retourne à l’essentiel de la danse, du corps, du muscle. Elle danse de dos, au rythme lent des images lumineuses projetées sur son corps.
Aida Bruyère est artiste et plasticienne. Son travail s’est porté sur la société malienne dans laquelle elle a grandi.
aidabruyere.com
www.battitudeparis75.com/event-attitude

En savoir plus...
Aida Bruyère a grandi au Mali et son premier élan de plasticienne s’est porté sur la société malienne. L’artiste travaille d’abord avec les moyens rudimentaires du téléphone mobile, souvent en caméra cachée, pour en tirer des clichés photographiques. C’est autour de 2015, peu après son arrivée dans l’hexagone, que l’artiste découvre le bootyshake et les battles de dancehall qui la fascinent d’emblée, tant pour son attitude que pour son apparence vestimentaire.

Couturière et styliste, Patricia Badin s’exerce dans quelques maisons parisiennes. Elle se consacre ensuite au TWERK, fascinée par cette danse qu’elle estime d’origine ancestrale, entre rituel et émancipation. Le corps se meut, se libère de l’esprit, se dépasse et raconte son histoire, révèle sa mémoire à travers des attitudes corporelles incontrôlées où les tabous n’ont plus de sens.

 


Performance de Gisèle Vienne avec Lucas Bassereau, Sophie Demeyer et Theo Livesey

 performance 

Gisèle Vienne est artiste, chorégraphe et metteure en scène. Elle travaille régulièrement avec, entre autres collaborateurs, l’écrivain Dennis Cooper, et les musiciens Peter Rehberg et Stephen O’Malley. Depuis 20 ans, ses mises en scènes et chorégraphies tournent dans le monde entier. Gisèle Vienne prépare actuellement une mise en scène du texte de Robert Walser, L’Etang, dont la première aura lieu au TNB à Rennes en novembre 2020.
www.g-v.fr

En savoir plus...
Gisèle Vienne est une artiste, chorégraphe et metteure en scène franco-autrichienne. Après des études de philosophie et de musique, elle se forme à l’Ecole Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette. Elle travaille depuis régulièrement avec, entre autres collaborateurs, l’écrivain Dennis Cooper, et les musiciens Peter Rehberg et Stephen O’Malley.
Depuis 20 ans, ses mises en scènes et chorégraphies tournent en Europe et sont présentées régulièrement en Asie et en Amérique, parmi lesquelles I Apologize (2004), Kindertotenlieder (2007), Jerk (2008) This is how you will disappear (2010), LAST SPRING : A Prequel (2011), The Ventriloquists Convention (2015) et Crowd (2017). En 2020 elle crée avec Etienne Bideau-Rey une quatrième version de Showroomdummies au Rohm Theater Kyoto, pièce initialement créée en 2001.
Gisèle Vienne expose régulièrement ses photographies dans des musées dont le Whitney Museum de New York, le Centre Pompidou, au Museo Nacional de Bellas Artes de Buenos Aires. Elle a publié deux livres Jerk / Through Their Tears en collaboration avec Dennis Cooper, Peter Rehberg et Jonathan Capdevielle en 2011 et un livre 40 Portraits 2003-2008, en collaboration avec Dennis Cooper et Pierre Dourthe en février 2012. Son travail a fait l’objet de plusieurs publications et les musiques originales de ses pièces de plusieurs albums.
Gisèle Vienne prépare actuellement une mise en scène du texte de Robert Walser, L’Etang, dont la première aura lieu au TNB à Rennes en novembre 2020.

 


Tryphème

 dj 

La musique de Tryphème est de celle qui parvient à faire résonner dans l’âme les quelques cordes sensibles qu’il nous reste encore. La force de cette autodidacte réside dans la puissance émotionnelle d’une musique naviguant entre froideur industrielle, minuties électroniques et sensualités synthétiques.
soundcloud.com/trypheme

 

CHANTIER PERMANENT

Chantier permanent est un programme artistique situé, issu de notre rapport avec les invité.e.s, voisin.e.s et passant.e.s que nous côtoyons sur les alentours de la Porte d’Aubervilliers. Il se décline en plusieurs temps (résidences, ateliers, workshop), chacun destiné à construire une archive sauvage regroupant ce qu’il en reste : documents, œuvres et paroles sur le quartier, et qui témoignera des espaces d’expression qu’il aura ouverts.

 


Les mauvaises herbes n’existent pas ! Nathalie Mondot

 chantier permanent — rencontre et discussion 

Nathalie Mondot est artiste et ethnobotaniste et mène une recherche sur le territoire français autour de la médecine populaire et de l’usage des végétaux dans les activités humaines. Pour la rentrée 2020, Chantier permanent invite Nathalie Mondot à aiguiser notre attention aux formes de vie végétales dans l’environnement urbain hostile de la porte d’Aubervilliers, à penser la récolte et la transmission d’un savoir vernaculaire, à cartographier les zones non entretenues et considérer l’envahissement comme aubaine, à travailler “ensemble” avec la plante.
➜ 15 places sur réservation : reservation@mu.asso.fr
https://nathalie-mondot.com

 


Méryll Ampe

 chantier permanent — performance sonore 

Sculptrice de formation et artiste sonore, Méryll Ampe établit des liens entre ces deux pratiques. Elle conçoit le son comme un médium à sculpter qui se déploie à travers des expérimentations empiriques et des questionnements de mise en espace. Les jeux rythmiques, le silence, la résonance des matières sont des préoccupations liées à la matérialité du son. Ce samedi, nous l’invitons à ouvrir sa résidence de création par un live et commencer à prendre la mesure des lieux.
http://meryllampe.com

 


Soles de Eloïse Le Gallo & Julia Borderie

 projection 23’ 

Soles retrace l’expérience sculpturale d’un parcours de cuisson de fours et de pots en céramique gigognes à travers les paysages de la vallée du Rhône et des hauteurs ardéchoises. Le paysage est évoqué à travers des gestes et des récits de ceux qui y habitent et le transforme. La bande son accompagne l’ascension en reprenant le principe psychoacoustique de la gamme de Shepard. En poursuivant leurs recherches sur les transformations des sols au sein de Chantier permanent, Éloïse et Julia expérimenteront, toujours collectivement, les potentialités sculpturales des matériaux présents dans les chantiers de la ZAC et de La Station – Gare des Mines en cours.
http://juliaborderie.com/duo-eloise-le-gallo-julia-borderie

crédits
programmation performances : Vincent Voillat, Agathe Herry
programmation musique : Mathilde Quéguiner, Eric Daviron, Valentin Toqué
photo : Henrike Stahl
identité graphique : Eric Poupy